Nelson Goerner 1
©Marco Borggreve

Nelson Goerner

 

«Il est, dans le répertoire pianistique, des oeuvres dont les toutes premières notes ouvrent un espace de rêve intime, teinté d’une ineffable nostalgie ; tel est le Blumenstück opus 19 de Schumann. Je serais même tenté de dire que cette aventure touche aussi à l’essence même d’un récital : un artiste ne se confie-t-il pas à son public, l’invitant à partager l’univers des oeuvres qui l’habitent, à ce moment-là, plus que tout autre ?

L’opus 5 de Brahms est tout empreint d’ardeur juvénile, de fougue impétueuse ; mais aussi d’ilots de tendresse, de lyrisme intime qui ne seront pas sans rappeler les rêveries du Blumenstück schumannien…

Lire la suite

Liszt, avec «Funérailles» rend un profond hommage aux victimes de l’insurrection hongroise de 1848 contre les Habsbourg. Les forces sans cesse renouvelées de la Vie prennent le dessus dans les «Jeux d’eaux à la Villa d’Este», oeuvre plus mystique que virtuose. La Rhapsodie Espagnole, brillante paraphrase sur les «Folies d’Espagne» et «Jota aragonesa» nous rappellera les fulgurances lisztiennes aux coloris fascinants et démonstratifs mais toujours empreintes de noblesse.»

Nelson Goerner

«Il est, dans le répertoire pianistique, des oeuvres dont les toutes premières notes ouvrent un espace de rêve intime, teinté d’une ineffable nostalgie ; tel est le Blumenstück opus 19 de Schumann. Je serais même tenté de dire que cette aventure touche aussi à l’essence même d’un récital : un artiste ne se confie-t-il pas à son public, l’invitant à partager l’univers des oeuvres qui l’habitent, à ce moment-là, plus que tout autre ?

L’opus 5 de Brahms est tout empreint d’ardeur juvénile, de fougue impétueuse ; mais aussi d’ilots de tendresse, de lyrisme intime qui ne seront pas sans rappeler les rêveries du Blumenstück schumannien…

Liszt, avec «Funérailles» rend un profond hommage aux victimes de l’insurrection hongroise de 1848 contre les Habsbourg. Les forces sans cesse renouvelées de la Vie prennent le dessus dans les «Jeux d’eaux à la Villa d’Este», oeuvre plus mystique que virtuose. La Rhapsodie Espagnole, brillante paraphrase sur les «Folies d’Espagne» et «Jota aragonesa» nous rappellera les fulgurances lisztiennes aux coloris fascinants et démonstratifs mais toujours empreintes de noblesse.»

Nelson Goerner