Vilde Frang
violon

Lawrence Power
alto

Nicolas Altstaedt
violoncelle

 

Pour fêter le 250e anniversaire de l’auteur de l’Ode à la joie, Vilde Frang et Lawrence Power chaussent leurs bésicles.

Lire la suite

Trouvé dans un cahier d’esquisses à la fin du XIXe siècle, le duo avec deux paires de lunettes obligées doit probablement ce titre au fait que le compositeur le destinait à des porteurs de lorgnons encore mal identifiés par la musicologie beethovénienne.

En attendant d’y voir plus clair, Nicolas Altstaedt se joindra à ses amis pour nous rappeler la valeur du Trio à cordes n° 1, divertimento esquissé par un jeune musicien de 22 ans prêt à commencer son écolage avec Joseph Haydn, et de l’Opus 9 n°3, déjà intense dans l’expression et personnel dans l’écriture. Voilà le jeune Ludwig mûr pour le quatuor. Il s’y mettra l’année suivante.

Pour fêter le 250e anniversaire de l’auteur de l’Ode à la joie, Vilde Frang et Lawrence Power chaussent leurs bésicles.

Trouvé dans un cahier d’esquisses à la fin du XIXe siècle, le duo avec deux paires de lunettes obligées doit probablement ce titre au fait que le compositeur le destinait à des porteurs de lorgnons encore mal identifiés par la musicologie beethovénienne.

En attendant d’y voir plus clair, Nicolas Altstaedt se joindra à ses amis pour nous rappeler la valeur du Trio à cordes n° 1, divertimento esquissé par un jeune musicien de 22 ans prêt à commencer son écolage avec Joseph Haydn, et de l’Opus 9 n°3, déjà intense dans l’expression et personnel dans l’écriture. Voilà le jeune Ludwig mûr pour le quatuor. Il s’y mettra l’année suivante.