Bertrand Chamayou

piano

Jean-Frédéric Neuburger

piano

Adélaïde Ferrière

percussions

Gilles Durot

percussions

«Quand j’étais jeune, Chaliapine était ma grande idole. Chaliapine n’est plus.
Depuis lors, chaque fois que j’écris, c’est avec le son de Philadelphie dans les oreilles», assure Serge Rachmaninov avant la création des Danses symphoniques en janvier 1941 sous la direction d’Eugène Ormandy. On peut le croire pour ce qui concerne l’orchestration dont il parle, mais pas pour la version originelle, pensée pour deux claviers et dédiée à l’ami Horowitz. 

Lire la suite

Au diapason depuis plusieurs années, le tandem formé par Bertrand Chamayou et Jean-Frédéric Neuburger invitera ensuite Gilles Durot, très impliqué dans la musique de notre temps, et Adélaïde Ferrière, relève de la percussion française, à lui répondre dans la Sonate Sz. 110, composée par Bartók en 1937. Programme haut en couleurs.

«Quand j’étais jeune, Chaliapine était ma grande idole. Chaliapine n’est plus.
Depuis lors, chaque fois que j’écris, c’est avec le son de Philadelphie dans les oreilles», assure Serge Rachmaninov avant la création des Danses symphoniques en janvier 1941 sous la direction d’Eugène Ormandy. On peut le croire pour ce qui concerne l’orchestration dont il parle, mais pas pour la version originelle, pensée pour deux claviers et dédiée à l’ami Horowitz. 

Au diapason depuis plusieurs années, le tandem formé par Bertrand Chamayou et Jean-Frédéric Neuburger invitera ensuite Gilles Durot, très impliqué dans la musique de notre temps, et Adélaïde Ferrière, relève de la percussion française, à lui répondre dans la Sonate Sz. 110, composée par Bartók en 1937. Programme haut en couleurs.