Quatuor Belcea 3 1
Quatuor Belcea ©Marco Borggreve

Quatuor Belcea

Corina Belcea violon
Axel Schacher violon
Krzysztof Chorzelski alto
Antoine Lederlin violoncelle

«La vieille dame vient juste de m’acheter un quatuor à cordes pour une somme qui va me mettre à l’abri du besoin pour un petit moment», se réjouit Benjamin Britten en juillet 1941. 

Lire la suite

Il vient en effet de recevoir 400 dollars d’Elizabeth Sprague Coolidge – entre autres commanditaire du Cinquième de Bartók ou du Quatrième de Schoenberg, excusez du peu – pour accoucher de son Opus 25. Un galop d’essai dans le genre ? Pas vraiment. Mais officiellement son Premier, qu’il tient pour sa «meilleure pièce jusqu’à présent.»

Même exigence pour Brahms qui, après bien des péchés de jeunesse lui aussi, s’autorise (enfin !) à numéroter une œuvre pour les seize cordes en 1873. Les Belcea sauront lui donner un ton violemment inquiet, comme dans l’enregistrement sous pavillon Alpha qui leur valait un Diapason d’or de l’année en 2016.

«La vieille dame vient juste de m’acheter un quatuor à cordes pour une somme qui va me mettre à l’abri du besoin pour un petit moment», se réjouit Benjamin Britten en juillet 1941. 

Il vient en effet de recevoir 400 dollars d’Elizabeth Sprague Coolidge – entre autres commanditaire du Cinquième de Bartók ou du Quatrième de Schoenberg, excusez du peu – pour accoucher de son Opus 25. Un galop d’essai dans le genre ? Pas vraiment. Mais officiellement son Premier, qu’il tient pour sa «meilleure pièce jusqu’à présent.»

Même exigence pour Brahms qui, après bien des péchés de jeunesse lui aussi, s’autorise (enfin !) à numéroter une œuvre pour les seize cordes en 1873. Les Belcea sauront lui donner un ton violemment inquiet, comme dans l’enregistrement sous pavillon Alpha qui leur valait un Diapason d’or de l’année en 2016.